Guide Disque dur et SSD

Que ce soit à la maison ou au travail, les ordinateurs sont désormais parties intégrantes de notre quotidien. Nous passons beaucoup de temps devant notre écran pour créer, jouer, travailler…etc. La mémoire est donc un des éléments les plus importants de notre PC.

Avec le développement de l’Internet et des téléchargements en tous genres (audio, vidéo, etc…), les disques durs demandent de plus en plus d’espace de stockage. Afin de ne pas diminuer le rendement d’un ordinateur, il est nécessaire d’ajouter de l’espace de stockage , soit en interne en augmentant la capacité du disque dur interne soit en externe (disque dur externe, mémoire flash, media amovible).

Les différences et similitudes d’un SSD et d’un disque dur

Le SSD (Solid State Drive) a les mêmes fonctions qu’un disque dur classique, à savoir stocker vos données et y installer vos programmes et logiciels. Comme lui, sa capacité est exprimée en Giga-octets (ou Go), s’alimente par un câble d’alimentation S-ATA et fait transiter ses données via un câble S-ATA raccordé à la carte mère. Les différences résident dans son aspect physique et surtout ses caractéristiques techniques.

Le disque dur classique (ou Hard Disk Drive) est au format 3,5″ pour les PC fixes et 2,5″ pour les PC portables. Il contient des plateaux sur lesquels sont inscrites les données via des pièces mécaniques. Le SSD classique est au format 2,5″ et ne contient aucune pièce mécanique. Il est composé exclusivement de mémoire Flash NAND, mémoire que l’on retrouve dans les clefs USB.

À cela s’ajoute un contrôleur qui est chargé d’assurer la communication entre la mémoire et le système d’exploitation. On distingue aujourd’hui quatre marques principales : Intel, Marvell, Sandforce et Indilinx. Le firmware , souvent lié au contrôleur, est un microprogramme jouant un rôle essentiel (traitement des fichiers à écrire, support TRIM…).

Zoom sur les différents types de stockage interne

Disque dur HDD :

Le disque dur HDD (Hard Disk Drive) interne est l’espace de mémoire se trouvant à l’intérieur de votre ordinateur de bureau ou de votre pc portable. C’est une mémoire de masse magnétique. Dans ce disque dur interne se trouve, votre système d’exploitation, vos paramètres, vos fichiers…etc. Plus ce disque dur interne est rempli, plus les performances de votre ordinateur diminuent.

Le disque dur interne utilise la mémoire tampon pour lire des fichiers audio et vidéo. C’est à dire qu’il utilise une zone du disque dur pour stocker temporairement des données et réguler le flux de données.

Il existe 4 marques importantes de disques durs internes : Seagate, Maxtor, Western Digital, Samsung.

Disque dur SDD :

Le SSD (Solid State Drive) est une technologie relativement récente pour le disque dur, son prix reste élevé et donc, le ssd est réservé pour le moment à un public restreint. Il s’agit principalement :

  • Des serveurs, nécessitant des disques rapides (temps d’accès très court), et une grande fiabilité.
  • Des utilisateurs ayant besoin d’excellentes performances : station de travail (infographie 3D), où jeux vidéos avancés (hardcore gamers).
  • Ordinateurs portables (et autre appareil mobile équipé d’une grande capacité de mémoire). En effet, les disques SSD sont particulièrement adaptés aux contraintes de la mobilité (faible consommation, petite taille et résistant aux chocs).

Grâce à ces caractéristiques, le SSD autorise des débits de transferts bien plus élevés (en lecture et en écriture), une consommation électrique réduite (3 Watts environ), un poids léger, un silence total et une fiabilité impressionnante due à l’absence de pièces mécaniques. À titre de comparaison, les SSD affichent des débits moyens de 550 Mo/sec en lecture et 510 Mo/Sec en écriture. Ses temps d’accès sont quasi immédiats, de l’ordre de 0,1 milliseconde. Si l’on compare avec un disque dur standard du marché, on y observe généralement respectivement une vitesse de transfert pouvant aller jusqu’à 200 Mo/sec et des temps d’accès de 7 ms.

Guide d'achat SSD

Le SSD vaut néanmoins plus cher au Gigaoctet de données. C’est pourquoi les SSD grand public déclinent leur gamme de 60 Go à 1 To en général, contrairement aux disques durs qui vont jusqu’à 6 To et plus. C’est pourquoi il est souvent très intéressant d’associer à la fois un SSD pour y installer votre système d’exploitation et vos programmes les plus souvent utilisés, à un disque dur qui contiendra vos données telles que films, photos, vidéos, dossiers de travail…

Le fonctionnement et l’installation d’un SSD

Vous pouvez ajouter un SSD à une configuration existante grâce à l’utilisation d’un logiciel de transfert de données. La plupart des marques de SSD proposent ce type de logiciel pour permettre à l’utilisateur de ne pas avoir à réinstaller en totalité sa configuration, même s’il est plus « propre » de procéder à une réinstallation complète du système. Conseil important : laissez au minimum 20 % d’espace libre sur votre disque pour une efficacité accrue.

formats SSD mSATA 2,5

Au niveau de la connectique, le SSD 2,5″ a besoin des mêmes connecteurs qu’un HDD, à savoir une prise d’alimentation SATA, et un câble de données SATA relié à la carte mère. D’un point de vue physique, pensez à vérifier que votre boîtier PC dispose d’une baie de stockage 2,5″ (sinon, il vous faut également acheter un adaptateur 3,5″ vers 2,5″), d’un connecteur d’alimentation S-ATA et votre carte mère d’un connecteur S-ATA si possible Revision 3.0 (pour ne pas brider les données). Certains SSD, moins courants, sont également proposés aux formats M2 (pour les laptops) ou mSATA (directement branchés sur la carte mère) pour les mini PC.

Disque dur Hybride :

Les disques durs hybrides sont des disques durs combinant le débit des disques durs HDD et l’absence de latence des mémoires flash pour les petits fichiers accédés de façon aléatoire, ils sont principalement dédiés aux ordinateurs portables.

Ils devraient permettre une meilleure autonomie et des temps de démarrage plus courts.

Zoom sur les différents types de stockage externe

Les disques durs externes :

Le disque dur externe est la solution idéale si vous manquez de place sur votre disque dur interne ou si vous cherchez une méthode simple de sauvegarde de fichiers.

Les disques durs externes sont techniquement similaires aux disques durs internes sauf qu’ils possèdent leur propre boîtier de rangement et sont branchés en externe sur votre ordinateur.

Les disques durs externes peuvent présenter des connectiques différentes selon les modèles (eSATA, iLink, FireWire, USB…etc) et par conséquent des vitesses de transfert de données différentes. La plus rapide est la connectique e-SATA. Il est donc important de considérer avant l’achat vos connectiques disponibles et vos besoins car selon les disques durs les prix ne seront pas les mêmes.

La mémoire flash :

La mémoire flash est une mémoire à semi-conducteurs possédant une capacité de stockage important dans très peu d’espace. Ne possédant pas de mécanisme interne, la mémoire flash est extrêmement résistante aux chocs.

Il existe deux types de lecteurs flash : les lecteurs flash à connexion USB (lecteur mp3, clé USB, appareil photo numérique…etc.) et les cartes mémoires.

SSD et HDD toujours complémentaires !

Même si les disques durs évoluent encore un peu au niveau des performances, ils sont surtout intéressants pour le stockage pur où leur prix par Go est particulièrement faible. A titre indicatif, un disque de 2 To 5400 rpm coûte dans les 70 € (un peu plus de 100 € en 7200 rpm). Dans un ordinateur de bureau, la solution idéale est la combinaison d’un SSD très performant mais de capacité moyenne (64 ou 128 Go pour respectivement 100 € ou 200 €) secondé par un disque dur de forte capacité.

Dans les portables, en attendant la généralisation de solutions comparables aux SSD 310 d’Intel (un mini SSD mSATA laissant la baie 2 ½ pouces libre pour un disque dur), il faudra composer soit avec un SSD de capacité moyenne (64 ou 128 Go), soit investir dans un SSD de 256 Go encore très coûteux (plus de 400 €). Les Momentus XT de 320 ou 500 Go (100 €) sont donc une alternative intéressante.


Au niveau des SSD, la cuvée 2011 est un peu déconcertante dans la mesure où aucun modèle n’est « absolument parfait ». Les modèles à base de contrôleur SandForce SF-2000 comme les Vertex 3 ont nos faveurs ainsi que les Crucial M4. Les Intel SSD 510 surtout sont intéressants pour leurs fortes capacités de stockage mais les IOPS sont en berne. Quant aux SSD 320, ils sont difficilement recommandables…  Parmi les modèles plus anciens, les Crucial C300 et les OCZ Vertex 2 (ainsi que tous les SSD basés sur le SandForce SF-1200) restent de bons choix ; l’arrivée de leurs successeurs ayant fait baisser leurs prix…

Enfin, même les « moins bons » SSD restent plus performants que les meilleurs disques durs. Pour terminer, les SSD n’émettent aucun bruit ni aucune vibration, ne chauffent pas et résistent très bien aux chocs.